Bénir. (2)

Nous avons vu, vendredi dernier, que la question du « qui » n’est pas facile à résoudre. Qui bénit, Dieu ou l’Église ou le pasteur ?
Aujourd’hui, voyons une autre facette du thème : l’objet de la bénédiction.
Qui ou quoi est béni ?

J’avais déjà mentionné que les protestants français aiment affirmer que « les protestants » ne bénissent que des hommes (sc. êtres humains), pas des objets. Et, de surcroît, que des hommes vivants. Je suppose que cette affirmation a deux sources, l’une dans l’histoire du protestantisme français qui cherche toujours à se distinguer des pratiques catholiques (c’est une identité négative : je suis protestant parce que je ne fais pas ce que font les catholiques), et l’autre en souvenir de plusieurs guerres où les soldats sont partis en combat avec des armes « bénies ». J’avais évoqué mon collègue thuringien, de confession luthérienne, qui avait béni la nouvelle ambulance de la caserne locale des pompiers. Ne connaissant pas les formulaires liturgiques pour de tels cas, je ne peux que supposer ce qui a été dit, mais j’imagine très fort que la bénédiction était plus ou moins sous la forme d’une prière qui demande à Dieu que ce véhicule serve à sauver des vies, et que de lui n’émane pas de danger pour autrui. Que ceux qui le conduisent ne causent pas d’accidents, et ne soient pas impliqués dans un accident par la faute d’autrui.
Et puis, chers amis, la liturgie protestante récite un passage d’1Corinthiens 10, disant (V.16) : « La coupe de bénédiction que nous bénissons n’est-elle pas une communion au sang du Christ ? »
La coupe que nous bénissons… eh bien, en bonne réflexion zwinglienne (Zwingli disait que le pain n’est que du pain, le vin que du vin et rien d’autre) je dois dire que la coupe est une coupe est une coupe. Un objet, non pas une personne humaine, et encore moins vivante.
Irions-nous jusqu’à affirmer qu’en réalité, nous ne bénissons pas la coupe mais le Christ qui nous l’a offerte ? N’y aurait-il pas confusion entre contenant et contenu, d’autant plus si nous disons avec Zwingli que cette coupe ne contient que du vin, du vin, du vin et rien d’autre ?

Qu’est-ce que nous bénissons ?

On nous dit « bénir n’est pas cautionner ». Cela se défend – mais jusqu’où, et devant qui ? Si en Alsace on dit « va avec ma bénédiction », c’est que donner sa bénédiction est une autre expression pour donner son accord. Dans la perception générale, donner sa bénédiction veut surtout dire donner son accord, déjà parce que d’autres aspects de la bénédiction ne sont plus connus.
Il est vrai que toute bénédiction, depuis les premières bénédictions relatées dans la Bible jusqu’à nos jours, bénit des hommes pécheurs. Le signe de Caïn, qui lui ouvre une vie malgré sa faute mortelle, est une bénédiction. Moïse et Aaron bénissent un peuple qui ne cesse de se révolter contre le Dieu dont vient la bénédiction.

Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes et la vérité n’est pas en nous. Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste et nous pardonnera nos péchés et nous purifiera de toute iniquité. Si nous disons que nous ne sommes pas pécheurs, nous faisons de lui (Dieu) un menteur, et sa parole n’est pas en nous. (1Jn1,8-10)

Comment un aumônier pourrait-il prononcer la bénédiction divine sur un groupe de prisonniers condamnés pour meurtres, sinon par la conscience que Dieu bénit des pécheurs ? Ceci dit, la bénédiction de Dieu semble s’adresser aux pécheurs repentants, puisque ce qui est promis à ceux qui s’obstinent dans leur révolte contre lui, c’est « là où est pleurs et grincement des dents », « les ténèbres », bref : ce qu’on appelle populairement un enfer. Et donc le contraire de bénédiction.

Mais certains de mes collègues refuseraient de bénir l’union d’un couple dont l’un est militaire actif et – comme la règle le veut – porte donc l’uniforme même lors de son mariage. Pas d’uniforme dans « mon » temple.
Ils se justifient, je le raccourcis à l’extrême mais c’est le noyau : l’uniforme militaire est l’uniforme d’un tueur. La porter fièrement veut dire être fier d’être un tueur. Or, ce comportement-là n’a pas sa place dans un lieu de culte.

Eh bien. Malgré bon nombre de tentatives de lire la Bible en ce sens, qui ont valu beaucoup de répressions aux chrétiens du bloc communiste, la Bible n’est pas aussi affirmative. Elle fait une nette différence entre un meurtre et un homicide commis durant une guerre, tout comme elle fait une nette différence entre un meutre volontaire et un homicide accidentel – ce qui, 3000 ans après ces dispositions-là, n’est pas encore monnaie courante dans l’opinion publique… La Bible ne rejette pas le métier militaire. Jésus ne dit pas à l’officier romain « démissionne, et puis nous pourrons voir ce que je ferai pour ton esclave ». Il ne fustige pas les hommes d’armes du temple pour leur métier, il questionne seulement la violence gratuite de celui qui le gifle.

Mais que faire donc de la demande de bénédiction d’un groupe dont l’élément constitutif est ce que Dieu rejette, d’un groupe formé et constitué par ce qui selon le témoignage unanime de la Bible, est péché contre Dieu ?
Si durant la préparation d’une bénédiction de couple je me rends compte que ce couple ne se fonde pas sur l’amour mais sur une prise de pouvoir de l’un sur l’autre, sur un tas de mensonges, ou sur un autre fondement désapprouvé par Dieu, que donc la bénédiction de Dieu n’est pas sur ce couple – que ferai-je ? Dirai-je une parole de vérité, quitte à peut-être me prendre bien des paroles ou même des poings à la figure ? Utiliserai-je des moyens subtils pour leur faire remarquer le malfondé de leur couple ? Me traiterai-je d’hypocrite pour avoir jugé d’autrui, et dirai-je la bénédiction de Dieu sur ce couple malgré ma conviction intime qu’elle n’y est pas, et me ferai-je alors menteur ?
Et que dire d’autres groupes ? La pègre ne me demandera pas de bénir un de ses commandos, mais en même temps il est assez connu que les membres des grandes familles de la Mafia sont très religieuses…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s