être et paraître

C’est un peu comme ça dans tous les bons musées du monde : il y a des salles ouvertes au public, où les pièces de collection sont présentées sous une lumière favorable, de sorte à ce qu’elles soient mises en valeur, avec une structure, une logique de présentation, une pédagogie aussi. Mais quelques portes restent fermées. Parfois des sous-sols entiers. Et c’est là qu’on trouve le « bazar ». Plus ou moins entassés, des tableaux et des sculptures, des livres, de vieux catalogues, des accessoires… dans les caves de certains musées, des archéologues ont découvert des oeuvres d’art magnifiques, mais dont tout le monde ignorait l’existence.

Cela fait partie de la nature humaine. Nous voulons montrer le meilleur de nous, nous préférons cacher ce dont nous ne sommes pas fiers. Plus ou moins, nous portons tous des masques. Ce que nous montrons n’est qu’une partie de notre être intégral. Ou même pas du tout. Certains mènent une double vie.

Soigner l’apparence n’est pas mal. Mais prenons garde à ne pas oublier de soigner l’existence, notre être réel. Car s’il y a trop de discrépance entre l’être et le paraître, ça se remarque.
Dans un sens comme dans l’autre, d’ailleurs. Il y a des métiers particulièrement sous le regard du public. C’est vrai pour tout travail dans l’Église, mais aussi pour toute fonction publique.
Quand le dessin sur la toile d’écran ne correspond pas à la personne, la présence de la personne crée un contre-témoignage. Prêchant l’eau, il boit du vin, dit-on de certains pasteurs ou aussi de certains moralisateurs… et que dit-on du policier qui verbalise des infractions au code de la route, de tout droit bien sûr, mais qu’on voit au volant de sa voiture de service, tricolore et gyrophares sur le toit – et le téléphone à la main ? Mais aussi, que dit-on de ses collègues dans la voiture, ils sont à trois en patrouille, qui n’ont pas rappelé à l’ordre leur collègue ? Les policiers ne devraient-ils pas incarner le respect de la loi qu’ils sont appelés à exiger de tout citoyen, eux-mêmes en premier ?

Et nous autres chrétiens, sommes-nous en cohérence avec ce message du Christ que nous sommes appelés à porter à tout homme, à nous-mêmes en premier ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s